Le renard du Cap

Aussi appelé Vulpes chama

(Article par le Animal Diversity Web)

L’aire géographique du renard du Cap

Les renards du Cap (Vulpes Chama) se trouvent dans le désert d’Afrique subsaharienne. L’espèce va de la pointe sud de l’Afrique du Sud et de la province du Cap au nord en passant par la Namibie, le Botswana, Transvaal, le Natal et le district d’Albany. Il s’agit de la seule espèce de Vulpes en Afrique dont l’aire de répartition est connue sous l’équateur (UICN, 1998).

Régions biogéographiques : éthiopien (natif)

L’habitat du renard du Cap

Le renard du Cap préfère les habitats ouverts comme les savanes arides et les broussailles semi-désertiques, et évite les forêts (UICN, 1998).

Régions d’habitat : tempérées, tropicales et terrestres

Biomes terrestres : forêt de broussailles

La description physique du renard du Cap

Le renard du Cap est un petit renard. La tête et le corps mesurent 55 cm et la hauteur à l’épaule est de 36 cm. Les mâles pèsent environ 2,6 kg et les femelles sont environ 5 % plus petites que cela. Le Pelage est gris-argent, avec la tête et les membres antérieurs rougeâtres. Il y a des taches blanches sur les joues et des taches noires sur les membres postérieurs. Les parties ventrales sont blanchâtres. Le renard du Cap a une queue touffue mesurant environ 34,4 cm, soit près de la moitié de la longueur de la tête et du corps. (UICN, 1998).

Autres caractéristiques physiques : symétrie bilatérale et endothermique

Poids moyen : 2,6 kg

Longueur moyenne : 55 cm

Le développement et la reproduction du renard du Cap

Ces animaux se reproduisent de façon monogame. Les mâles et les femelles forment des couples au printemps. Les petits naissent au début de l’été.

Système d’accouplement : monogame

Le renard du Cap forme des couples dans les mois d’hiver de l’hémisphère sud de Juillet et Août. La période de gestation est de 51-52 jours avec trois à cinq renardeaux par portée. Les canidés ont une portée par année, mais dans certaines tanières du renard ont été observées plusieurs portées. Les petits naissent habituellement de la fin du printemps au début de l’été (de septembre à novembre), mais on sait que les renards du cap ont des portées jusqu’en décembre.

Le mâle s’occupe de la femelle pendant la première et la deuxième semaine après la naissance et les deux parents s’occupent des jeunes au début. On ne sait pas combien de temps le mâle reste avec le groupe familial (Nel, 1984). Les renardeaux commencent à se nourrir à quatre mois et deviennent indépendants à cinq mois. La maturité sexuelle est atteinte de 9 mois (UICN,1998).

Principales caractéristiques de la reproduction : reproduction saisonnière, itropique, reproduction toute l’année, fécondation (interne), sexuelle, gonochorique / gonochoristique / dioïque (sexes séparés) et vivipare.

Saison de reproduction : les renardeaux naissent habituellement au début de l’été.

Nombre de descendants : 1 à 4

Nombre moyen de petits : 4

Période de gestation de l’aire de répartition : 51 à 52 jours

Âge moyen à la maturité sexuelle ou reproductive (femelle) : 9 mois

Âge moyen à la maturité sexuelle ou reproductive (femelle) : 274 jours

Âge moyen à la maturité sexuelle ou reproductive (mâle) : 9 mois

Âge moyen à la maturité sexuelle ou reproductive (mâle) : 274 jours

Le mâles et la femelle s’occupent des renardeaux au début, bien que le mâle peut quitter la famille. Les bébés canidés produits sont généralement altricial. Les jeunes renards du Cap restent près de la tanière jusqu’à ce qu’ils soient en mesure de suivre la mère à environ 4 mois. Ils se dispersent généralement vers l’âge de 5 mois, et deviennent sexuellement matures à l’âge de 9 mois.

Parental Investissement : altricial, soins parentaux masculins et soins parentaux féminins.

La durée de la vie / la longévité du renard du Cap

Aucune durée de vie n’a été signalée pour cette espèce.

Durée de vie moyenne estimée : 10 ans

Le comportement du renard du Cap

Le renard du Cap est principalement nocturne, bien que les renardeaux jouent en dehors des tanières pendant la journée. Les individus se nourrissent séparément, même des couples monogames. Les renards du Cap ne sont pas territoriaux. Leurs aires de répartition se chevauchent et leur superficie varie de 1,0 à 4,6 km carrés. Ils sont parfois communs. Leur organisation sociale n’est pas bien connue (Nel, 1984).

Comportements clés : nocturne, motile, sédentaire et social

La communication et la perception du renard du Cap

Canaux de perception : tactile et chimique

L’habitude alimentaire du renard du Cap

Le renard du cap est connu pour cacher de la nourriture. L’alimentation de cette espèce se compose principalement de petits rongeurs, lapins, insectes et larves de coléoptères, et de petits reptiles. Le renard du Cap est aussi un charognard, et on sait qu’il prend du bétail, ce qui a tendance à lui causer des ennuis avec les humains (Nel, 1984). Les différentes distances entre les dents canines, mesurées à partir des marques de morsure, entre le renard du Cap (15mm) et le chacal à dos noir (Canis mesomelas) sont utilisées pour déterminer quelle espèce est responsable de l’abattage du bétail (UICN, 1998).

Alimentation primaire : carnivore (mange des vertébrés terrestres)

Alimentation à base de viande : mammifères, reptiles, charognes et insectes

Comportement alimentaire : stock et caches de la nourriture

Les prédateurs du renard du Cap

La prédation de cette espèce n’a pas été documentée. Il est probable que les grands oiseaux de proie et les grands carnivores peuvent prendre ces renards, surtout les jeunes. Aucun comportement ou adaptation anti-prédateur n’a été noté dans la littérature.

Les rôles du renard du Cap dans l’Écosystème

Les renards du Cap sont sympatriques avec le protèle (Proteles cristata), le chacal à chabraque (Canis meomelas) et le renard à oreilles de chauve-souris (Octocyon megalotis) et peuvent donc limiter leurs populations par la compétition. Toutefois, les temps d’activité, l’espace et l’alimentation sont suffisamment séparés pour permettre leur coexistence (Bothma, 1984).

Le renard du Cap aide probablement à réguler les populations de petits mammifères par son comportement prédateur, qui à son tour a probablement un effet sur les communautés végétales sur lesquelles ces petits mammifères se nourrissent. (Bothma, et al., 1984)

Importance économique du renard du Cap pour les humains : positive

Les peaux sont utilisées dans les couvertures de fourrure (UICN, 1998).

Répercussions positifs : les parties du corps sont une source de matériel précieux

Importance économique du renard du Cap pour les humains : négative

Ces renards sont présumés s’attaquer au bétail, en particulier aux agneaux. Les agriculteurs ont la permission d’enlever les animaux causant des dommages au bétail. Les chiffres ont été abondants dans le passé, mais semblent être en déclin depuis 1985 pour cette raison (UICN, 1998).

Répercussions négatives : ravage les cultures

État de conservation du renard du Cap

Plus de 2 500 individus sont tuées chaque année, ce qui représente environ 16 % de la population, ce qui a un effet dévastateur sur la population. Les populations protégées de renards du Cap se trouvent dans la réserve naturelle de Soetdoring (1,3/km²) et dans la réserve à gibier Willem Pretorius (0,65/km², au sud) et au nord (0,12/km²) (UICN, 1998).

Liste rouge de l’UICN : préoccupation mineure

CITES : aucun statut spécial

Contributeurs

Kristen Rohde (auteure), University of Wisconsin-Stevens Point, Chris Yahnke (éditeur), University of Wisconsin-Stevens Point.

Texte anglais traduit et adapté du site, merci à eux : https://animaldiversity.org/accounts/Vulpes_chama/

La boutique des fans de renards : http://www.fans-de-renards.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *