Le renard chenu / Lycalopex vetulus

Aussi appelé renard du Brésil

(Article par le Animal Diversity Web)

L’aire géographique du renard chenu

Les renards chenus, Lycalopex vetulus, vivent dans la région néotropicale du monde. On les trouve dans les régions de Minas Gerais et de Motto Grosso dans le sud-ouest du Brésil. (Eisenberg et Redford, 1999; Rylands, 1998)

Régions biogéographiques : néotropiques (native)

L’habitat du renard chenu

Les renards chenus vivent dans les steppes d’herbes hautes et dans les savanes entrecoupées « d’îles » boisées, ainsi que dans les zones montagneuses des forêts et des broussailles. Leur habitat s’étend sur le terrain plus ouvert du centre-est du Brésil. Ils vivent près de la végétation du Cerrado. (Eisenberg et Redford, 1999; McGlynn et Postanowicz, 2002; Rylands, 1998)

Régions de l’habitat : terrestres

Bios terrestres : savane ou prairie, broussaille, forêt, montagne

La description physique du renard chenu

Les renards chenus sont petits, avec un museau court et de petites dents. Leur fourrure est de couleur grisâtre, avec un sous-corps pâle et des oreilles et des pattes rougeâtres. Il y a une bande foncée le long de la ligne dorsale et de la pointe de la queue. L’extérieur des pattes est jaune, et il y a une tache noire au-dessus de la glande de la queue. Le mot « hoary » signifie avoir la couleur blanche ou argentée, qui se réfère aux poils blancs dans la robe autrement grise de ces animaux. La fourrure est courte. (Eisenberg et Redford, 1999; McGlynn et Postanowicz, 2002; Rylands, 1998; Travaini, et al., 2000)

Les renards chenus ont un petit crâne, avec des carnassiales réduites et de larges molaires. La longueur totale du corps est d’environ 60 cm, avec une longueur moyenne de la queue d’environ 32 cm. Le poids corporel des adultes varie de 2,7 à 4 kg. (Eisenberg et Redford, 1999; McGlynn et Postanowicz, 2002; Rylands, 1998; Travaini et al., 2000)

Le renard de Magellan, une espèce qui se relâche de près, présente un dimorphisme sexuel léger et positif, les mâles étant 5 % plus grands que les femelles. Il s’agit d’une comparaison avec les valeurs déclarées pour les autres renards. Bien qu’un tel dimorphisme n’ait pas été signalé pour le renard de chenu, cette évidence suggère qu’il existe un léger dimorphisme sexuel chez les renards sauvages. (Eisenberg et Redford, 1999; McGlynn et Postanowicz, 2002; Rylands, 1998; Travaini, et al., 2000)

Autres caractéristiques physiques : symétrie bilatérale, homoiothermique et endothermique

Dimorphisme sexuel : mâle plus grand

Poids : 2,7 à 4 kg

Poids moyen : 3,33 kg

Longueur : 585 à 640 mm

La reproduction du renard chenu

Cette espèce est monogame, tout comme de nombreuses espèces de renards. (Eisenberg et Redford, 1999; MacDonald et Courtenay, JUN 1996; McDonald, 2001; Wayne et O’Brien, 1987)

Système d’accouplement : monogame

La reproduction a lieu au début de l’automne. La période de gestation est d’environ deux mois, après quoi la femelle donne naissance à une portée de 2 à 4 renardeaux. Les renards chenus utilisent souvent des tanières abandonnées pour élever leurs petits. (Eisenberg et Redford, 1999; McGlynn et Postanowicz, 2002; Rylands, 1998)

Principales caractéristiques reproductives : élevage saisonnier, itératif, gonochorique/gonochoristique/dioïque (sexes séparés), fécondation, sexuelle et viviparous

Intervalle de reproduction : nous pensons qu’ils se reproduisent une fois par an.

Saison de reproduction : ces animaux se reproduisent au début de l’automne.

Intervalle du nombre de descendants : 2 à 4

Durée moyenne de gestation : 60 jours

Les soins parentaux chez cette espèce ne sont pas bien documentés. Cependant, comme c’est le cas pour la plupart des canidés, les jeunes sont susceptibles d’être altriciaux. Ils sont nés dans la tanière et y restent jusqu’à ce qu’ils puissent s’aventurer par eux-même. La mère fournit sans aucun doute à ses petits du lait, du toilettage et de la protection. Bien que le rôle du père n’ait pas été documenté pour cette espèce, chez de nombreux autres renards, les petits sont soignés par les mâles et les femelles. Comme cette espèce est monogame, il est probable que le mâle joue un certain rôle dans la prise en charge des jeunes. (MacDonald et Courtenay, JUN 1996; Wayne et O’Brien, 1987)

Investissement parental : aucune participation parentale, altriciel, pré-fertilisation(protéger : femelle), avant l’éclosion/la naissance(provisionnement : femelle, protéger : femelle), pré-sevrage/envol (provisionnement : femelle, femelle, protéger : femelle), pré-indépendance (provisionnement : mâle, femelle, protéger : mâle, femelle)

La durée de vie / la longévité du renard chenu

La durée de vie du renard n’a pas été enregistrée.

Le comportement du renard chenu

Les renards chenus sont généralement timides, mais défendront agressivement leurs jeunes. Ils utilisent normalement des terriers d’armadillo pour leurs tanières et sont habituellement diurnes, mais sont souvent actifs la nuit et au crépuscule. (Eisenberg et Redford, 1999; McDonald, 2001; McGlynn et Postanowicz, 2002; Nowak, 1999; Rylands, 1998)

Le comportement chez les espèces apparentées suggère que les renards sauvages sont territoriaux. Les parents voyagent souvent avec leur progéniture adulte, et des conflits territoriaux surgissent entre les parents et la progéniture pendant la saison sèche. (MacDonald et Courtenay, JUN 1996)

Comportements clés : cursorial, terricolous, diurne, nocturne, crépusculaire, motile, sédentaire, territorial, et social.

Taille du territoire

La taille du territoire est inconnue.

La communication et la perception du renard chenu

La communication chez le renard chenu est inconnue, mais est probablement semblable à celle d’autres espèces de renards.

Canaux de communication : visuel, tactile, acoustique et chimique

Autres modes de communication : marques de parfum

Perception Canaux : visuel, tactile, acoustique et chimique

Les habitudes alimentaires du renard chenu

Les renards sont omnivores, mais ils semblent être spécialistes des termites. Les termites du genre Syntermes sont leur principale source de nourriture et se trouvent dans environ 89,5% de ses selles. Ils se nourrissent de ce termite toute l’année. Les autres aliments consommés par le renard chenu comprennent les rongeurs, les fruits, les sauterelles et les bousiers. (Dalponte, 1997; Eisenberg et Redford, 1999; McDonald, 2001; McGlynn et Postanowicz, 2002; Nowak, 1999; Rylands, 1998)

L’alimentation du renard chenu varie selon les saisons. Les termites et les petits mammifères constituent la majorité de leur alimentation pendant la saison sèche, et d’autres insectes et fruits en constituent la majorité pendant la saison humide. La structure dentaire unique de cette espèce permet à ces animaux de manger de petits objets. Leur carnassial réduit et leurs molaires larges sont propices à un régime insectivore. (Dalponte, 1997; Eisenberg et Redford, 1999; McDonald, 2001; McGlynn et Postanowicz, 2002; Nowak, 1999; Rylands, 1998)

Les caractéristiques physiques du renard chenu suggèrent une adaptation à son habitat. Un mécanisme de séparation des niches alimentaires entre cette espèce et d’autres canidés sauvages dans cette région a probablement causé le changement alimentaire de cette espèce aux termites, ainsi que leurs petits muzzel et dentition. (Dalponte, 1997; McDonald, 2001; McGlynn et Postanowicz, 2002; Nowak, 1999; Rylands, 1998)

Alimentation primaire : omnivore

Nourriture animalière : oiseaux, mammifères, reptiles, insectes et terrestres arthropodes non sectaires

Nourriture animalière : fruits

La prédation du renard chenu

Il y a peu d’informations sur la prédation des renards chenus sauvages. Cependant, elle est parasitée par la chauve-souris vampire, Desmodus rotundus. Il convient toutefois de noter que ces chauves-souris ne tuent pas les animaux sur lesquels elles se nourrissent, ce n’est donc pas un prédateur au sens traditionnel du terme. (Almeida, et al., APR 2002)

Les rôles dans l’écosystème du renard chenu

Les renards chenus sont des prédateurs généralistes. Ils affectent les populations de petits rongeurs et de termites. (Eisenberg et Redford, 1999)

Importance économique pour les humains du renard chenu : positive

Les proches parents du renard chenu sont porteurs de fourrures, et les peaux de cette espèce sont probablement collectées également. De plus, ces animaux se trouvent parfois dans des zoos. (McGlynn et Postanowicz, 2002; Rylands, 1998; Travaini, et al., 2000)

Les impacts positifs : les parties du corps sont une source de matière précieuse, recherche et éducation, lutte contre les populations de ravageurs

Importance économique pour les humains du renard chenu : négative

Les renards chenus sont les hôtes de nombreuses maladies, dont certaines peuvent être transmises aux chiens domestiques, et d’autres aux humains. De plus, les renards chenus sont soupçonnés de tuer des volailles et sont donc chassés. (Almeida, et al., APR 2002; Lima , et al., 1994; McDonald, 2001; McGlynn et Postanowicz, 2002; Nowak, 1999; Rylands, 1998)

Les impacts négatifs : blessent les humains (transporte des maladies humaines), cause ou entraîne des maladies aux animaux domestiques

Statuts de conservation du renard chenu

Les renards chenus sont répertoriés comme des espèces insuffisamment documentées par l’UICN. Les changements dans les pratiques agricoles peuvent entraîner la perte d’habitat. La déforestation et la chasse sont également des menaces pour cette espèce. (McDonald, 2001; McGlynn et Postanowicz, 2002; Nowak, 1999; Rylands, 1998)

Liste rouge de l’UICN : moindre préoccupation

Liste fédérale des États-Unis : pas de statut spécial

CITES : pas de statut spécial

Autres observations du renard chenu

Le renard chenu porte de nombreux noms communs et scientifiques tels que le renard du brésil, Lycalopex vetulus, Pseudalopex vetulus et Dusicyon vetulus. (Dalponte, 1997; Eisenberg et Redford, 1999; McGlynn et Postanowicz, 2002; Rylands, 1998)

Les contributeurs

Nancy Shefferly (rédactrice en chef), Animal Diversity Web.

Erik Olson (auteur), University of Wisconsin-Stevens Point, Chris Yahnke (éditeur), University of Wisconsin-Stevens Point.

Texte anglais traduit et adapté du site, merci à eux : https://animaldiversity.org/accounts/Lycalopex_vetulus/

La boutique des fans de renards : http://www.fans-de-renards.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *